Location de gite rural à mouzens en périgord noir, à coté de la vallée de la dordogne location sarlat périgord vallée de la dordogne Location gite rural en périgord location de gîte périgord hébergement dans un gite rural
location en dordogne
gite rural périgord
photo gite rural perigord hebergement en dordogne location en périgord gîte rural en périgord le grenier à blé hébergement en dordogne à mouzens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les mariages dans nos villages du Périgord Noir

       De 1850 à 1950 environ, les mariages en Périgord Noir commençaient le jeudi. Tous les voisins, voirlocation gite périgord dordogne même tous les habitants de la commune (hommes), allaient dans la forêt ou dans des pinèdes avec une remorque tirée par des bœufs ou des chevaux pour couper des pins ou genièvres. Ils allaient ensuite les planter devant les maisons des parents des futurs mariés, à la mairie, à l’église ainsi qu’à l’endroit ou aurait lieu le repas de la noce (grange, hangar, appentis, bar restaurant du village, car à l’époque les salles des fêtes n’existaient pas). Pendant ce temps les femmes préparaient le repas du soir ainsi que la décoration de la salle du banquet. La soirée continuait avec des chants, certains apportaient l’accordéon diatonnic, la vieille à roue, la cabrette, la guitare et nous voilà près à passer la nuit à faire la fête.

Il fallait bien tout le vendredi pour se remettre ; un homme voyait le pis de sa vache sur le dos de celle-ci, certains trouvaient des charrues ou autres matériaux agricoles perchés sur les arbres. Ils avaient presque tous des tambours qui frappaient dans leur tête alors on leur donnait du café bien salé. Des pots de fleurs changeaient de village pendant la nuit….

Le samedi matin, les plus proches voisines aidées par quelques jeunes hommes en manque location gite périgord dordogne de voir leur belle, allaient mettre les fleurs en papier de soie ou crépon dans les pins et genièvres. D’autres personnes préparaient la jonchée. Elle est faite de buis ou de lauriers coupés fin ou d’autre plantes vertes trouvées dans la campagne. La jonchée partait de chez la mariée jusqu’à la mairie et l’église. A cette époque les voitures à moteur n’existaient pas et toute la noce se faisait à pied. Pour honorer les mariés et leurs familles, les personnes qui habitaient sur le parcours mettaient les fleurs ou verdures qu’elles avaient en pots en signe de jonchée afin de marquer leur amitié leur affection pour les mariés. Il y avait aussi des arcs de triomphe faits de branchage en agape sous lesquels toute la noce en cortège passait.

La hantise de certains futurs époux était de trouver dans cette belle allée de verdure des feuilles de carottes et de poireaux, signe d’oisiveté d’un ou des deux futurs mariés.

Il n’était pas rare de voir sur les marches et le parvis de l’église un tapis de mousse où des mains habilles disposaient des fleurs et des pétales de fleurs en créant des motifs tels qu’un cœur ou des initiales. Il était coutume que le voisinage offre des couronnes en fleurs naturelles, en tissus (organdis), en papier de soie ou crépon de formes différentes (ronde, en cœur, en cloche…). Elles étaient suspendues à l’entrée de la maison de la mariée, de la mairie, de l’église. Puis ensuite, elles venaient décorer la salle du repas.

Les mariages commençaient la plupart du temps en fin de matinée pour se terminer à l’aube le lendemain. location gite périgord dordogneUne fois la bénédiction faite, le départ de l’église se faisait à pied ou en jardinière (charrette tirée par un cheval) pour ceux qui en avaient. Sur le chemin du retour, tous les convives ainsi que les mariés avaient droit au fameux tourin poivré et un verre vin. La noce pouvait se mettre à table dans la joie et la bonne humeur ; et très tard dans la nuit, une fois que les mariés étaient partis se cacher chez des voisins, la coutume voulait que les invités partent à la recherche des époux. Une fois que les convives les avaient trouvés, le tourin leur était à nouveau offert. Autrefois 80% des mariages étaient issus d’un arrangement de famille, la plupart du temps c’était la dote qui concluait le mariage. La mariée allait vivre avec sa belle-famille et c’était rare de voir l’inverse.

Lors d’un mariage dans les années 1990, les plus proches voisins des parents du marié ont aidé à la préparation et la décoration du mariage ; pour les remercier un membre de la famille du marié leur a fait une surprise : pendant le repas accompagné d’autres invités, il a pris des vieux pneus et des genièvres décorés pour orner leurs maisons et les empêcher de rentrer chez eux.

L’évolution de la vie n’a pas fait changer les mentalités de l’entraide, de la convivialité, et de l’humour.

En 2008, une étude faite auprès des 122 communes du Périgord Noir montre :
Nous trouvons encore la plantation des pins ou genièvres arrosée du pot de l’amitié, voir d’un repas Les décorations ne se font que chez les parents des mariés ou chez les futurs mariés, ainsi qu’à la mairie et à l’église.
Les couronnes sont en majorité en fleurs de papier crépon ou de soie de couleurs (bordeaux /crème, bleue/blanc, vert anis/crème, orange/crème…)
Les couronnes en fleurs naturelles ou en tissus sont pratiquement inexistantes.
Nous retrouvons la jonchée devant la maison de la mariée, à la mairie et à l’église.
On trouve, dans quelques communes, la plantation du mai pour honorer la, le ou les mariés.
Les époux ne vont plus habiter avec leur belle-famille

Il fait bon se marier et vivre en Périgord Noir !

Merci à Isabelle VALEILLE MANET et aux communes du Périgord Noir pour nous avoir aidé.

Recherche auprès des 122 communes : M. J. VALEILLE MANET
Récit : M. J. VALEILLE MANET, J. P. BIAL

 

 

 
location saisonnière sarlat
Votre location de vacances en dordogne gite rural en périgord vallée de la dordogne et ces chateaux hébergement pas cher location pas cher sarlat la canéda vallée de la dordogne chateaux à visité descente en canoë repas gastronomique en périgord pays de la truffe et des cêpes

Copyright © 2008 Le gite du Grenier à blé